Notre programme d'élevage

Info Races 

Chiens/Dogs

Nos Chiens

Nous avons rencontré notre premier spitz en 1990 et c'était le coup de foudre.
Notre première spitz est arrivée en 2009 et aujourd'hui nous en avons huit. 
Nous faisons naître une portée par an de type Spitz Allemand.
 Et peut-être, qui sait, un jour débuté un petit élevage.
Nous préférons le type spitz allemand (petit renard) au poméranien , mais il pourrait arriver que naît un chiot typé poméranien.
 
 
 
 
 
 
 
Nous sommes très fan des "autres couleurs" dit "couleurs exotique.
(certains ne sont pas autorisé par le standard de la race) 
Nous croisons des Spitz Allemand nain, petit et moyen.  
La couleur Bleue Merle et Chocolat seront au rendez-vous.
Nos chiots "type" spitz sont donc non LOF !
Quelques précisions sur les robes à ne jamais croiser !
-  Bleu Merle X Bleu Merle ! - ça compte aussi pour les Chocolats Merle !
Le double merle est semi-létal.
Il peut produire la surdité, des difformités, la cécité, la stérilité et une robe entièrement blanche.
Merle X Blanc peut poser problème aussi, donc mise a part d’être un expert et d'avoir fait testé ces chiens sur leurs génétique de couleur, ceci est aussi un mariage a haut risque avec les même conséquences que le croisement Merle X Merle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les différentes "types" chez le spitz

 

Deux  types de spitz allemand qui peuvent être nain

(entre 18 et 22 cm au garrot. Jamais sous 18 cm)

ou petit (entre 23 et 29 cm).
Le type poméranien se retrouve aussi chez les spitz allemands moyens (de 30 à 38 cm).

Le poids importe peu.

Il peut y avoir des variations de poids de plusieurs centaines de grammes voire un ou deux kilos pour la même taille.

Deux spitz nains peuvent donner des chiots qui seront petits et inversement.

Ce ne sera déterminé et sûr qu’à la fin de la croissance du chien vers ses 10/12 mois.

Et ils répondent au même standard de la FCI concernant le spitz allemand issu de la section 4 du groupe 5.

Apprenez à retrouver les similitudes par vous-même.

Ceci vous informera sur le type de votre spitz. Observez le.

Quant aux chiots :

le museau pousse et s’affine avec l’âge.

Dur donc de se prononcer dès le début.

Regardez les parents et les ascendants.

Il existe un troisième type officieux : l’intermédiaire. A mi chemin entre les deux.

   Texte écrit par Daphné Famchon

Type Poméranien
Type Spitz Allemand

Le Spitz Allemand

 

Le Spitz est un chien vif et joyeux .

Très connu en France, il fera le bonheur de sa famille.

Origine : Allemagne

Fiche d'identité de la race

  • Catégorie : Chiens de Type Spitz et de Type Primitif

  • Robe : Noir, brun, blanc, orange, gris-loup et autres couleurs

  • Le spitz allemand contient différentes tailles :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Le Spitz petit et nain, malgré son physique de peluche, reste un chien à part entière.

Il est naturellement méfiant avec les étrangers et possède un caractère affirmé.

Il faudra donc commencer une éducation tôt, au risque d’en faire un chien caractériel.
Il est cependant d’un naturel vif, curieux et joueur.

C'est un chien très proche de son maître.

Il aime les promenades, même s’il ne nécessite pas de longues heures à l’extérieur.


Le Spitz a naturellement tendance à aboyer.

Il faut donc le canaliser dès son plus jeune âge.

 

Un brossage toutes les semaines est nécessaire.

10351381_280436858825384_336578137538684

Accueillir un chiot


Le grand jour est pour bientôt, un chiot va faire son entrée dans son nouveau foyer, le vôtre ! L'arrivée de ce membre à part entière de la famille ne doit cependant pas s'improviser.
Pour toute la famille, c'est un moment de joie, mais pour le chiot c'est un moment de grand stress. Il va quitter sa mère et un environnement familier pour entrer dans un monde totalement inconnu. Votre mission sera de l'aider dans ce premier grand événement de sa vie.
Si c'est une première pour vous d'accueillir un chiot dans votre foyer, suivez cette fiche qui vous donne tous les conseils pour le faire dans les meilleures conditions.


Préparez l'arrivée de votre chiot


Il est indispensable que l'arrivée de votre chiot soit préparée.

Cela évitera tout état de confusion, ainsi chacun vivra cet instant au mieux.
Avant l'arrivée du chiot, faites un conseil de famille :
Accordez-vous sur les règles que vous allez fixer à votre nouveau pensionnaire (interdiction de réclamer à table, pièces interdites, etc.) afin que chacun les respecte.
Profitez-en pour rappeler à vos enfants que le chiot a besoin de repos, qu'il ne doit pas être sollicité en permanence.


Choisissez une période d'accueil propice


Pour se donner toutes les chances de bien accueillir votre chiot, l'idéal est de le recevoir en période de congés.

Cela évitera que dès les premiers jours, il ne se retrouve dans le rush des enfants qui vont à l'école, des parents qui se dépêchent d'aller au travail et qu'il se retrouve tout seul toute la journée.
Si vous êtes chez vous quelques jours à son arrivée, vous pourrez ainsi l'assister, le rassurer et prendre le temps de lui donner de bonnes habitudes.

En quelque sorte, prenez le temps de lui donner les « clés » de la maison.


Les coins destinés au chiot


Lorsque votre chiot arrivera chez vous, il faut que vous ayez déterminé les lieux de la maison où vous installerez sa couche, son coin repas et son espace jeux.


Préparez sa couche

 
Choisissez un endroit qui sera le lieu où il dormira.
Installez un panier ou un petit matelas.
Cet endroit est généralement placé dans une pièce à vivre, afin que le chiot ne se sente pas isolé.
À noter : évitez les paniers en osier, les chiots ont tendance à y faire leurs dents.

Pour les grands chiens, préférez un matelas qui leur permet de s'étaler de tout leur long.
Préparez-lui un refuge : c'est sa seconde place, dans un endroit plus calme.

Un lieu où il pourra se réfugier.

Ne le forcez jamais à y aller, il ne doit pas le considérer comme une punition.

Il peut éventuellement s'agir d'une cage de transport.

Considérez-la alors comme sa tanière.

Placez-y des jouets et des os à ronger.

Habituez le jeune chien à y dormir.
À savoir : ni la couche, ni le refuge de votre chiot ne doivent être situés dans des lieux de passage comme une entrée ou un escalier.

En effet, cela permettrait au chien de surveiller en permanence les allées et venues de toute la famille et le positionnerait en chef de meute.
Le parc à chiot : comme il n'est pas toujours facile de surveiller son chien, il est possible de se procurer un parc dans lequel vous pourrez le laisser jouer.

C'est un investissement important mais qui peut être très utile si vous souhaitez bénéficier d'un peu de tranquillité pendant ses 6 premiers mois.
Le coin repas : cet espace comprend une gamelle pour la nourriture et une autre pour l'eau, toujours fraîche, à disposition et propre.

Installez les gamelles dans un coin tranquille, facile à nettoyer, idéalement dans une pièce qui ferme et où il pourra manger sans être dérangé (la cuisine par exemple).


Les accessoires


Vous ne pouvez accueillir un chiot sans avoir prévu quelques accessoires de base.
Les jouets : prévoyez quelques jouets adaptés à sa taille.

N'oubliez pas de toujours lui laisser à disposition un jouet ou un os à mâcher, surtout s'il est seul chez vous.

En revanche, évitez les jouets faciles à déchiqueter pour votre chiot (en latex par exemple), il pourrait en avaler des morceaux.


Les accessoires de sortie 


Le collier : choisissez-en un qui s'ajuste à la taille du cou de votre chiot.

Il grandit vite, vous devrez donc régulièrement vous assurer pouvoir passer 2 doigts entre son cou et le collier.
La laisse : choisissez-en une d'éducation, de 2 m minimum.

Le chien doit s'habituer dès son plus jeune âge à être promené en laisse.
Le harnais : il est fortement conseillé pour les petites races dont le cou est plus fragile.

Le port du harnais est également préférable pour les chiens qui tirent beaucoup.
Conseil : ajoutez un médaillon au collier en y inscrivant le nom du chien et vos coordonnées. S'il s'égare en balade, ce qui peut arriver dans les premiers temps d'éducation, vous pourrez ainsi le retrouver plus facilement.
Une barrière : elle peut vous servir à clôturer la porte d'une pièce dans laquelle vous ne souhaitez pas que votre chiot entre ou de sécuriser l'accès à un escalier.

La barrière peut aussi être très utile pour confiner votre chiot dans une seule pièce, sans pour autant qu'il ne se sente trop isolé.


Sécurisez votre maison


Votre chiot va avoir tout un nouveau monde à découvrir et il ne va pas se gêner !

Et le meilleur moyen de connaître ce qui l'entoure est souvent de mordiller.

Vous devez donc être vigilant.


Mettez en priorité à l'abri :


vos plantes vertes (certaines peuvent être toxiques, comme l'avocat) ;
les fils électriques, les poubelles, les médicaments, les chaussures, le linge sale, les sacs en plastique, les produits toxiques tels que ceux de nettoyage, les insecticides ou encore les herbicides.


Quels sont les documents dont vous devez disposer en tant que propriétaire du chiot ?

En voici la liste principale : 


L'attestation de vente signée au moment de l'achat si vous avez adopté votre chiot auprès d'un éleveur, d'un refuge ou d'une animalerie.
La carte d'identification qui est le document officiel qui prouve que vous êtes le propriétaire du chiot.

Sur cette carte y figurent les nom et adresse du propriétaire et le numéro d'identification de l'animal. En cas de perte ou de décès de l'animal, ce document vous sera nécessaire.
Le certificat vétérinaire avant cession, fourni par l'éleveur ou le refuge.
Le carnet de santé sur lequel figurent, entre autres, ses vaccinations et/ou un passeport européen si vous voyagez avec lui en Europe.
Pour les chiens de race (LOF), le certificat de naissance mentionnant la race de votre chiot.
Pour les chiens de catégories 1 et 2, le permis de détention (obligatoire et passible d'une amende si vous ne l'avez pas sur vous lors d'un contrôle policier).​
À savoir : signalez à votre assureur l'arrivée de votre nouveau compagnon.

Les dommages provoqués par votre chiot/chien sur un tiers sont généralement couverts par les contrats multirisques habitation.

En revanche, ils ne prennent pas toujours en charge les dommages sur les membres de la famille.

Une extension de garantie au contrat multirisques habitation peut être nécessaire.

Demandez conseil à votre assureur.


Accompagnez votre chiot dans ses premiers pas chez vous


Tout chien qui arrive dans un nouvel environnement, notamment le chiot, doit être rassuré et prendre connaissance de lieux.

Vous, sa nouvelle famille, avez pour mission de l'accompagner durant cette phase.


Une arrivée en petit comité


Le chiot est enfin arrivé à la maison, toute la famille est réunie, et seulement la famille proche, celle avec laquelle il va désormais vivre au quotidien !

Pour les cousins, les tantes et les amis, vous verrez dans les semaines à venir.

Pour votre chiot cette journée est déjà pleine de nouveautés, ce n'est pas la peine de le charger davantage en émotions et il doit comprendre immédiatement qui est désormais sa famille proche.


Bon à savoir : dès son arrivée, posez les bases d'une bonne cohabitation.

Il n'est pas encore question de dressage, mais de définir des limites claires que le chiot comprendra rapidement et qui faciliteront sa vie et la vôtre lorsqu'il sera adulte.
La découverte de son nouvel environnement
Votre chiot a tout à découvrir, ainsi laissez-le s'habituer à son nouveau foyer.
Il va commencer par explorer ce qui l'entoure, surveillez-le donc du coin de l'œil mais ne le sollicitez pas trop.

Il faut qu'il prenne ses marques de lui-même.
Freinez l'enthousiasme des enfants qui auront tendance à vouloir le porter, lui donner à manger, jouer avec lui.

Ce n'est pas encore le moment.
Lorsque le chiot commence à fatiguer, installez-le sur sa couche et encouragez-le à y rester, mais ne le forcez pas.


Note : durant les premières heures de découverte, il est normal que le chiot s'oublie.

Ne le disputez pas, portez-le dans une autre pièce et nettoyez.

L'apprentissage de la propreté se fera plus tard.

Cependant, si vous disposez d'un jardin clos, vous pouvez le sortir toutes les 2 h environ pour qu'il fasse ses besoins.

Félicitez-le mais n'oubliez pas que l'apprentissage commence véritablement à partir de 3 mois.


Habituez votre chiot à sa nouvelle nourriture


L'aspect nutritionnel est un point à ne pas négliger afin que votre chiot mange ce que vous lui proposez sans rechigner.
Prenez connaissance auprès de son précédent maître de ce que votre chiot mange afin de ne pas modifier immédiatement son menu.

À vous ensuite de changer progressivement son alimentation afin d'aller vers celle que vous souhaitez lui donner.


Conseils : faites toujours manger votre chiot/chien après vous.

Et si vous ne désirez pas que votre chien réclame à table, ne répondez pas à ses sollicitations. Vous pouvez le confiner dans une pièce grâce à la barrière de protection ou le mettre dans son parc.
Généralement, le chiot sevré mange des aliments solides.

Il existe dans le commerce des aliments destinés aux jeunes chiens et qui favorisent leur croissance.
Il est conseillé de servir la ration en 3 repas quotidiens.

Au bout de 6 mois, passez à 2 repas par jour.
Installez votre chiot dans une pièce où il sera tranquille et laissez le manger en paix durant 15 à 20 min au bout desquelles vous lui ôterez sa gamelle, terminée ou non.
Réduisez l'angoisse de la première nuit de votre chiot


La première nuit est toujours un passage difficile pour le chiot comme pour ses nouveaux maîtres.

En général c'est une nuit durant laquelle la maison dort assez mal.
Le chiot doit-il ou non partager la chambre de l'un des membres de la famille ou rester seul dans une pièce ?

Cette première nuit est une véritable épreuve pour le jeune chien qui se retrouve isolé pour la première fois de sa vie et il le fait savoir en geignant.
Si le chien est très jeune (2 mois), il est possible de l'installer dans une chambre d'adulte où la présence de quelqu'un le rassurera (ce qui ne veut pas dire qu'il ne geindra pas un petit peu). Certains professionnels considèrent que ces premières nuits passées ensemble renforcent le lien avec le maître.

Cependant, cette situation génère 2 inconvénients :
il risque de se soulager à un moment ou à un autre ;
à plus long terme, vous devrez l'habituer de toute façon à dormir dans sa couche et vous passerez forcément par la case « mauvaise nuit » avec des couinements et des allers-retours du chien.
Si vous décidez que votre chiot doit dormir sur sa couche dès le premier soir, installez-le avec un de vos vieux vêtements et une bouillotte protégée pour éviter qu'il se brûle.

Cela peut le réconforter.

Préparez-vous à passer quand même quelques nuits un peu courtes.
Remarque : l'accès du chiot à la chambre du maître est un éternel débat.

Hormis les questions d'hygiène qui sont propres à chacun, tout dépend en réalité de la relation maître-chien.

Dans le cas d'une relation équilibrée, dormir avec son chien ne pose a priori pas de problèmes. Mais si votre chien a tendance à être dominant, il peut très bien faire du lit un territoire pour lui et un enfer pour vous ou votre conjoint.

Dans la mesure où vous venez d'acquérir un chiot dont le caractère est encore en formation, mieux vaut poser immédiatement les règles qui faciliteront la cohabitation.

DSC_3774.JPG

© Réalisé par Manolita Romano - 2019 Tous droits réservés.

Rejoignez nous